logo kiwik

Blog-Kiwik

le blog Kiwik avec des vraies pépites d’actu dedans !

Vous avez un projet e-commerce génial ?

Contactez-nous

tel kiwik

Catégories: E-commerce : conseils et actus

“La patience est le maître mot du référenceur.” – Tendances SEO 2014 par Référencement du Pro

Marc Da Fonseca, fondateur-dirigeant de Référencement Du Pro

Agé de 33 ans, Marc DA FONSECA est référenceur, chef de projet, et gérant de la SAS Referencement Du Pro depuis qu’il a créé l’entreprise en 2009.

Située à Voiron, en Isère, le référencement et la création de sites vitrines constituent son cœur de métier.

Retrouvez plus d’informations sur www.referencement-du-pro.com.

petit-kiwikKiwik  : An avril 2014, en matière de référencement et acquisition de trafic, quelles sont les erreurs à éviter ? Pourquoi ? Ces erreurs sont-elles nouvelles, et si oui, en quoi ?

Marc Da Fonseca : Beaucoup de webmasters se lancent sur le web et en particulier dans le e-commerce et pensent qu’une fois la boutique réalisée, il suffit que Google vienne manger les pages pour être visible sur la toile.

Non, cette étape, qui constitue l’indexation, ne permettra pas à la boutique d’être bien visible sur Internet.

Un travail supplémentaire devra être mis en place pour obtenir une première popularité sur le Web.

Ne surtout pas démarrer cette acquisition de popularité en confiant son propre site à des pseudos experts qui ne connaissent pas le référencement.

Egalement, ne pas créer des liens automatiques via des formules peu chères qui pourraient dès le départ compromettre la stratégie de référencement de la boutique en ligne.

Il est peut-être opportun de se former aux bonnes pratiques SEO en participant à quelques formations en référencement afin de comprendre les mécanismes de base du SEO et du référencement dans sa globalité. Quels critères Google prend-il en compte, comment bien optimiser une page web ?

Il est également important de ne pas commettre l’erreur d’aller trop vite et ainsi de brûler des étapes.

Ces mêmes erreurs de départ pourraient être véritablement handicapantes par la suite pour le bon référencement de la boutique et du site en particulier.

Le trafic de la boutique viendra en même temps que sa propre popularité sur la toile, la patience est également le maître mot d’un référenceur.

 petit-kiwik: Aujourd’hui, quels sont les leviers, les outils et bonnes pratiques que vous conseillez ? Pourquoi ?

M.D.F. : Aujourd’hui, une entreprise a plusieurs solutions pour populariser un site sur la toile. D’un côté, le référencement payant permettra, grâce à un budget à la journée, d’apparaître sur des expressions clés que l’on aura pris le soin de bien choisir.

Cette campagne de référencement payante sera en quelque sorte une excellente étude de marché pour découvrir la performance des mots clés et ainsi les utiliser par la suite dans sa propre stratégie de visibilité gratuite en ligne : le référencement naturel

Ensuite, le référencement naturel, dit organique, sera une excellente solution pour permettre à un site web en général d’apparaître de façon naturelle sur les SERPS (pages de résultats d’un moteur de recherche).

Cette phase nécessite cependant une bonne préparation, l’audit principal des pages sera également très important.

Un mauvais départ, ou par exemple des facteurs bloquants, pourront être nuisibles à la bonne visibilité du site en question.

Un travail de fond devra être réalisé pour démarrer dans d’excellentes conditions. D’autres leviers existent, comme la campagne e-mailing, qui consiste à envoyer un certain nombre de mails à une cible bien identifiée au départ.

Cette stratégie s’avère plus difficile, car le ciblage est bien plus large et les retours ne sont pas toujours au rendez-vous.

petit-kiwik : Quelle est votre vision du métier de référenceur, qu’est-ce qui a changé, quelles sont les tendances, et comment voyez-vous l’avenir ?

M.D.F. : Le métier de référenceur a nettement évolué aujourd’hui, car l’algorithme de Google est bien plus contraignant et demande davantage d’efforts aux référenceurs.

En effet, les techniques ne sont plus les mêmes et la qualité doit désormais être au rendez-vous.

De nouveaux métiers sont apparus et demeurent indispensables aux côtés du référenceur.

Dans un premier point de vue, le site web doit désormais être de qualité et parfaitement ergonomique. Il doit avant tout s’adresser aux internautes mais également plaire à Mr Google, et les autres, comme Bing. Même si ceux-ci n’obtiennent pas une excellente part d’utilisation en France, la donne peut un jour changer.

La tendance 2014 reste bien évidemment les réseaux sociaux. Ceux-ci se sont largement imposés dans la recherche et les utilisateurs y consacrent énormément de temps. Ils sont davantage réceptifs aux bonnes adresses véhiculées via d’autres personnes d’un même réseau social.

La recherche devient personnalisée et les résultats sont maintenant orientés en fonction des intérêts de chaque individu sur la toile.

En 2014, il est donc très important pour une entreprise d’être présente sur ces différents vecteurs de communication.

Faire appel à un community manager sera également une excellente façon de s’implanter sur ces réseaux, qui malgré tout ne sont pas aussi simples à utiliser.

Le référenceur, en 2014, ne doit plus se contenter d’utiliser les anciennes techniques.

Celles-ci ont nettement évolué, le contenu doit désormais intégrer une bonne dose de webmarketing, mais également utiliser des mots clés de façon intelligente et naturelle.

Les stratégies de Netlinking sont également différentes, le Outbound Marketing devient la clé du succès : un bon contenu sera partagé et des liens seront ainsi tout naturellement créés.

En tant que référenceur depuis déjà quelques années, je vois mon métier évoluer, mais également devenir de plus en plus compliqué.

Les propriétaires de sites exigent la plupart du temps des objectifs qui deviennent dans certains secteurs de plus en plus difficiles à obtenir.

Les nouvelles règles imposées par le géant de la recherche fragilisent les agences qui le plus souvent doivent s’orienter sur des solutions différentes et bien plus qualitatives en général.

Le hasard n’a plus sa place, les sites doivent innover mais également proposer des services de qualité aux internautes.

Le web n’est effectivement plus l’eldorado d’autrefois même s’il existe encore des niches de marché inexploitées.

petit-kiwik : Aujourd’hui, quel est le message principal que vous aimeriez diffuser auprès des e-commerçants ?

M.D.F. : Le principal message que j’aurais à diffuser auprès des e-commerçants reste bien évidemment que ceux-ci puissent innover et proposer de l’originalité.

Une page web ne contient effectivement que 10 résultats, et les 3 premiers captent en règle générale quasiment tout le trafic.

La qualité reste également de mise, et la confiance devient de plus en plus importante sur le web. Les e-commerçants doivent, avant toutes choses, bien connaître leur propre marché et ils doivent en exploiter les moindres ressources.

Une porte de sortie doit toujours être conservé, au cas où, et il est crucial de toujours proposer de la nouveauté.

Un e-commerçant doit également comprendre que la phase d’acquisition de popularité sera progressive et doit être durable dans le temps.

Le référencement, qu’il soit payant ou naturel, devra être déployé de manière intelligente.

De cette façon, la boutique démarra dans les meilleures conditions et pourra prétendre à être tout simplement consultée par des internautes conquis.

 

Cette interview a été réalisée dans le cadre de notre recueil de tendances et bonnes pratiques SEO pour le Ecommerce en 2014. Accédez aux 5 interviews d’experts depuis notre article : Tendances et bonnes pratiques SEO 2014 en Ecommerce, 5 experts témoignent !

email